English

CV de Serge Fortin

Histoires pour enfants

Page principale

 

Un coeur de champion

 

Appuie sur le bouton pour voir l'image

Il était une fois un lapin qui aimait une merveilleuse athlète. Le lapin, qui était un intellectuel, était complexé par sa petite taille et ses longues oreilles, d'où son surnom de lapin. Jour après jour, il allait au parc pour contempler sa triathlonienne préférée, Anne, qui s'entraînait pour le triathlon. Le lapin et Anne étaient de bons amis, mais pour lui, elle représentait beaucoup plus qu'une amie. À vrai dire, il était en amour avec elle. Après son entraînement, le lapin et Anne aimaient parler de tout et de rien. Il aurait voulu lui dire qu'il était en amour avec elle, mais elle, elle ne semblait intéressée qu'aux hommes athlétiques. Souvent, après leur conversation dans le parc, il la voyait partir avec des hommes aussi beaux les uns que les autres. Aussitôt, la jalousie l'envahissait et son complexe d'infériorité prenait le dessus. Malheureusement, à ses yeux, il n'était qu'un vilain lapin distrait, tandis qu'Anne était si grande, si belle, si intelligente, si attractive... Après ses nombreux sacrifices pour devenir une sportive de premier plan, Anne avait développé un goût démesuré pour le corps parfait et la beauté.

 

Appuie sur le bouton pour voir l'image

Un jour, qu'il se sentait en confiance, il décida de lui dire qu'il était en amour avec elle. Après s'être assis sur un banc près d'Anne, il prit son courage à deux mains, tout en prenant la main d'Anne, et il lui souffla à l'oreille: « Anne, je t'aime ». Souriante, Anne lui répondit alors avec une voix embarrassée: « Es-tu sérieux? Tu es mon meilleur ami. Et! Et! Et! Je ne suis pas en amour avec toi. Je suis désolé, car je ne suis qu'une aventurière qui n'aime que certains types d'hommes. Je suis incapable d'aimer qu'un seul homme, car après quelques semaines, je me fatigue de lui et j'ai besoin de changer. Pour moi, tu es très important parce que c'est la première fois que j'ai une amitié qui dure aussi longtemps, et j'espère que tu seras mon ami pour toujours. » Il répliqua violemment avec les larmes aux yeux: « Je t'aime et il est impossible pour moi de rester seulement un ami. Pour te montrer qu'un petit lapin comme moi peut être aussi bon, sinon mieux, que tous tes valeureux prétendants, je vais prendre part au triathlon qui aura lieu la semaine prochaine. » Anne, au bord des larmes, vit le lapin désappointé s'en aller en prononçant des mots inaudibles.

Le lapin frustré arriva à la maison et il planifia aussitôt son entraînement. Tourmenté, il s'endormit, et à la suite du cri du coq, annonciateur du lever du soleil, il se leva. Il cassa deux oeufs qu'il mit dans un verre, et il les avala. Après un si horrible déjeuner, il était prêt à entamer sa journée. Il commença par courir dans le parc, mais après cinq minutes, il s'arrêta durant deux heures pour reprendre son souffle. Dégoûté de sa performance, il alla en forêt, où les rochers sont abondants, pour accroître sa force. Pour commencer, il tenta de soulever un gros rocher, mais en vain. Après il s'acharna à déplacer une pierre de taille moyenne, mais encore sans succès. Il essaya et essaya avec une grande quantité de pierres, mais sans résultats appréciables. Finalement, après une heure, il réussit à transporter un petit caillou. Enchanté, il décida de passer à l'étape suivante. Il prit sa bicyclette et roula durant 15 minutes, mais il fut forcé d'arrêter à cause d'un terrible mal de dos. Six heures plus tard, ayant l'impression d'être en meilleure forme, il se dirigea vers la piscine municipale pour nager un peu. Il coula donc, et il réalisa qu'il ne savait pas nager.

Le lendemain, le lapin se réveilla près de sa dulcinée à l'hôpital. Anne lui raconta que trois gentils samaritains l'avaient secouru après son plongeon dans la piscine de cinq pieds de profondeur. Anne essaya de le convaincre de renoncer, mais il était impossible de lui faire comprendre quoique ce soit. Le médecin exigea qu'il reste au lit pendant trois jours, car il était si épuisé après ce si grand effort physique. Il retourna s'entraîner malgré tout, mais après trois minutes de jogging, il dû cesser son intense activité puisqu'il ne pouvait plus respirer. Il pensa et pensa durant deux jours, puis il trouva une solution ultime pour vaincre ses rivaux.

Appuie sur le bouton pour voir l'image

Le jour fatidique arriva... - Ce triathlon, qui est une compétition sportive s'échelonnant sur trois jours, est divisé en trois parties: la première partie est un marathon de 30 km, la deuxième partie est une course de bicyclette de 50 km, et la dernière partie comprend la traversée d'un lac à la nage, soit environ 20 km. - Trois jours plus tôt, Anne avait gagné la compétition pour la deuxième fois.

Peu avant le départ du marathon, tous les coureurs se mirent en rangée près d'une toute petite ligne blanche à peine plus minuscule que le lapin. Ils étaient sur le point de partir lorsqu'Anne tenta de dissuader le lapin une autre fois, mais il était trop têtu. Les compétiteurs attendaient le signal de départ du juge de ligne lorsque le coup de feu partit. À ce moment, les coureurs démarrèrent si rapidement que le lapin se retrouva seul à l'arrière. Alors, une pensée lucide lui traversa l'esprit: « la course ne sera pas facile ». Par une suite d'efforts surhumains, il réussit à s'accrocher au dernier concurrent à l'aide d'un fil transparent. Lorsqu'il atteignit la ligne d'arrivée, il coupa le fil et il essaya de dépasser le pire des participants, mais il échoua. Après cette première défaite, le lapin, un peu gêné de sa performance, s'exclama près d'Anne: « Je suis seulement à une heure du gagnant de la course ».

Le jour suivant, le lapin se présenta à la ligne de départ de la course de bicyclette. Il tenta d'utiliser la même stratégie que la compétition précédente, mais il réalisa qu'il avait oublié son fameux fil invisible. Il aurait bien utilisé une motocyclette, mais c'était interdit. Avec désespoir, il s'accrocha, et il n'arriva que 10 minutes après le dernier cycliste, mais comble de malheurs, deux heures après le vainqueur de cette épreuve. Après cette folle randonnée, Anne l'aida à se rendre à la clinique puisqu'il avait une si grande quantité d'ampoules sous ses pieds qu'il avait l'impression de marcher sur des poches d'eau. Il fit remarquer à Anne avec un peu d'humour: « Comme tu peux le constater, je suis un vrai athlète, car maintenant, j'ai des pieds d'athlète ».

Appuie sur le bouton pour voir l'image

 

Lors de la dernière journée, la compétition de nage attira beaucoup de curieux, ainsi que des amateurs de nage. De nouveau, Anne essaya de l'arrêter, car il ne pouvait presque plus marcher et bouger ses jambes, mais comme toujours se fut une pure perte de temps. Il lui dit avec un sourire peu convaincant: « Je n'ai pas besoin de marcher dans l'eau ». Anne l'amena dans le lac avec son petit flotteur en forme de canard, car sinon, il aurait coulé comme une pierre. La course commença, et il nagea et nagea. Avec le temps, il apprit à nager et il abandonna son flotteur. Pour se motiver, il s'imagina que des requins et des monstres marins voulaient le manger. Il voulait prouver de tout son coeur à Anne et à tous ceux qui vénèrent les vainqueurs que ce n'est pas seulement la victoire qui compte, mais la participation. La vie ne lui a pas donné de talents athlétiques, ni de beauté, mais elle lui a donné du coeur. Le vrai vainqueur pour lui, c'est celui qui a un coeur de champion, qui s'est dépassé ses limites, aussi limitées soient-elles. Pour conclure, il arriva trois heures derrière le pire des participants et cinq heures après le gagnant.

Appuie sur le bouton pour voir l'image

À la surprise d'Anne, une foule immense l'attendait, de même que tous les autres compétiteurs. Personne n'avait jamais vu un tel courage et une telle volonté d'être présent à une activité sportive. Tous les habitants des environs, à la suite de ses exploits, étaient venus l'acclamer, car il était maintenant devenu le héros des faibles et des citoyens normaux. Ils le prirent dans leurs bras et lui remirent le plus important prix, le prix du mérite sportif, car il avait réussi à prouver que dans le sport ce n'est pas de gagner le plus important, mais de participer. Personne ne savait son nom, ni d'où il venait, mais quelle importance, c'était ce qu'il avait accompli qui était merveilleux.

Complètement épuisé, il alla à l'hôpital où sa Anne anxieuse l'attendait. Anne fut si effrayée de le perdre qu'elle décida d'abandonner sa vie d'aventurière et d'aimer son plus grand héros, son lapin. Elle lui dit qu'elle l'aimait, et aussitôt, aux yeux d'Anne, le lapin se transforma en un merveilleux et athlétique prince. Plus tard, ils se sont mariés. Anne s'entraîne probablement encore, et lui, le lapin, ayant pour nom Midas, est sûrement devant un tas de livres. Ils ont douze enfants, et parmi eux, il y a six sportifs et six intellectuels.

 

Appuie sur le bouton pour voir l'image

 

Fin ...

 

Serge Fortin

 

28-05-2000

 

Remerciements: Siàn Prytherch & Ann Brix - Camosun College, British Columbia

 

P.S.: Cette histoire est la propriété exclusive de Serge Fortin et son utilisation, malgré qu'elle soit sur internet, nécessite une autorisation de l'auteur qui est Serge Fortin. Les utilisateurs qui feraient une utilisation abusive de cette histoire pourraient être poursuivis en justice. Merci de votre compréhension.

 

Haut de la page