CV de Serge Fortin

Histoires pour enfants

Page principale

Le Sapin et l'Étoile de Noël

Par Serge Fortin (Montréal, Québec, Canada)

 

Appuie sur le bouton pour voir l'image

 

Il était une fois, près d'un ravin, un sapin et un amas de poussière qui changèrent la destinée de l'humanité. Il y a très très longtemps, un corps céleste avait soufflé un vent de mort et de détresse sur une plaine américaine. Il avait emporté, en un instant, tout ce qu'il y avait de vivant, ne laissant que désolation près d'un trou profond. Par une vaine inouïe et sous une heureuse étoile, une graine étourdie de conifère se retrouva sur le flanc d'un cratère dans de la poussière d'étoile entre deux valeureuses pierres. Cette graine saine, provenant d'un cône dressé, poussa en cône malgré la pauvreté des lieux et le peu de clarté pour finalement se transformer en un très petit, tout petit résineux de trois pieds.

 

Appuie sur le bouton pour voir l'image

 

Le sapin effacé resta isolé pendant des générations et des générations en compagnie d'un étrange amas globulaire de poussière qui scintillait et gravitait près de lui comme un ange gardien. L'amas globulaire de poussière, sans âge, était en fait un petit nuage arrondi qui tournait avec vigueur, gardant ainsi les poussières dans son coeur. De temps en temps, son coeur grossissait puisqu'il attrapait dans sa rotation majeure des poussières qui recouvraient la pierre. Il était par le fait même, une centrale énergétique qui ne s'épuisait jamais et qui devenait de plus en plus sphérique en tournant sur elle-même. L'amas actif de poussière, qui restait constamment au même emplacement dans les airs, avait un dispositif d'intensité de lumière très particulier. Étant donné qu'il possédait un long battement régulier comme un métronome, il s'éteignait et s'allumait d'une façon autonome.

 

Appuie sur le bouton pour voir l'image

 

Le sapin serein, qui avait un caractère changeant, était interdépendant du regroupement de poussière. Le sapin, qui n'avait rien de particulier à faire, passait ses journées à s'alimenter sous la lumière tout en regardant son environnement évoluer. Il avait de nombreux changements de tempérament qui se voyaient par l'énergie dégagée par son valeureux ami lumineux la nuit arrivée. Lorsqu'il y avait du mouvement et de la vie dans son environnement rocailleux, il était heureux. La nuit après, l'amoncellement de poussière près du conifère devenait brillant comme des milliers de lucioles folles dansant dans le vent. Tandis que lorsqu'il n'y avait rien de particulier à remarquer, le sapin déprimait et son copain influençable, perdait de son intensité indispensable.

Le sapin, de temps en temps vif, qui avait maintenant des lunes et des lunes à son actif, se questionnait jusqu'en oublier son latin. Jour après jour, il demandait profondément à son soi: « si je ne grandis pas, si je ne vieillis pas, si je ne suis qu'un impotent ivre de changement, pourquoi alors vivre! » La nuit venue, le sapin déprimé et rempli de chagrin, demandait et redemandait à son intrus préféré: « Pourquoi suis-je aussi différent de toi et ne puis-je me disperser dans le vent? J'envie ta vie énergique et ton air dynamique avec ton voile de poussière d'étoile! Pourquoi rester à mes côtés, toi, qui pourrais te déplacer? Toi qui vacilles et oscilles continuellement sans chagrin, tu pourrais partir vers ta destinée et vivre à pleins feux dans des lieux où tu pourrais briller de mille feux? Les citoyens de l'univers pourraient t'adorer et de vénérer petit tas de poussière, tandis que moi, je ne suis qu'un malheureux corps mort qui ne peut se déplacer, ni même rien espérer de la vie». Les refrains du sapin étaient en vain puisque son copain muet ne disait jamais rien.

Durant une journée prometteuse, voyant un pigeon voyageur qui volait en vrille dans le firmament, le sapin malin attira son attention par un leurre, en utilisant une aiguille tapageuse qu'il laissa tomber brusquement. En haut, l'oiseau attiré se dirigea vers le conifère et alla s'installer sur une de ses extrémités. Le pigeon désorganisé et envoûté, ne comprenant pas vraiment pourquoi il était séduit par ce résineux peu attrayant, resta jusqu'à la nuit dans cette position. Il vit alors à l'intérieur de la pénombre envahissante, la lumière vivante la plus extraordinaire de sa vie, l'amas lumineux de poussière qui chassa son ombre et sa peur bleue. Le résineux, ne sachant comment parler avec le plumeux, fut représenté par le sage nuage de poussière qui, par un battement irrégulier d'intensité, réussit à communiquer avec l'étranger.

 

Appuie sur le bouton pour voir l'image

 

Avec une aisance et une prestance mémorable, le pigeon articulé, errant d'aire en aire, roucoula sa formidable épopée et donna le ton à un éminent millénaire. Il décrivit les différents habitants qu'il avait aperçus durant ses palpitants voyages et divulgua l'existence d'un message vital d'une importance capitale contenant l'essence de la vie. Lune après lune, il raconta à ses deux témoins enchantés ce qu'il avait vu et entendu, et comment il travaillait quelquefois pour les humains désireux de converser avec d'autres humains plus distants. Au-delà des terres et des mers les plus lointaines, il avait survolé tellement de guerres et d'atrocité causées par l'espèce humaine, la peste la plus inhumaine, qu'il n'osait même plus s'en rappeler. Le pigeon essoufflé leur dit aussi qu'il devait livrer le message annonciateur d'un sage. Ce vieux parchemin plié provenait d'un devin qui disait qu'un divin enfant devait naître dans un lieu saint pour sauver l'humanité et délivrer les êtres humains des nombreux péchés qui les affligeaient. Ce divinateur bienheureux avait été informé par un buisson ardent qui brillait et scintillait éternellement, un peu comme leur ardent compagnon poussiéreux.

 

Appuie sur le bouton pour voir l'image

 

Pris de compassion et d'amour pour les humains autodestructeurs, le petit sapin supplia son copain peu illuminé d'accompagner le valeureux pigeon voyageur pour porter secours à l'humanité. Le sapin s'acharna tellement à persuader le nuage de poussière qu'il pourrait être un être important, et non pas un être impuissant comme lui, que le nuage de poussière se prit pour une étoile. La poussière d'étoile, qui devint une étoile aussitôt, s'accrocha à l'oiseau, et ils s'envolèrent, abandonnant le sapin tremblant à son destin. Chagriné de l'éloignement soudain de son copain de nuit, le sapin, en douleur et en pleur, perdit peu à peu sa vitalité comme s'il venait de perdre une partie de lui. Il venait de donner un ami à l'humanité, peut-être sa vie, mais il était content de songer que l'amas de poussière allait amorcé une odyssée qui allait changer le déroulement du temps, et que sa vie de misère allait peut-être profiter à autrui.

 

Appuie sur le bouton pour voir l'image

 

L'audacieux pigeon et le nuage arrondi de poussière allèrent rencontrer trois sages rois mages, réputés pour leur curiosité, dans l'intention de les mener vers le lieu de la prophétie. L'oiseau annonça le présage du message aux élus et il leur dit que l'étoile, le nuage de poussière d'étoile, les mènerait vers un lieu extraordinaire où un enfant roi devait arriver pour apporter le salut à l'humanité. L'amas poussiéreux fit ses adieux d'un clignotement lumineux, s'éloigna du sol et de son copain, et prit son envol en destination du lieu saint. Nuit après nuit, les trois rois mages, attirés par cette curiosité de la nature, pourchassèrent le nuage de poussière, qui devenait de plus en plus mâture et brillant. Finalement, de mèche avec une énergie inconnue, l'amas de poussière lumineux s'arrêta et brilla comme il ne l'avait jamais fait, au-dessus d'une crèche où dormait un petit enfant chaleureux entouré de mammifères évolués et sous-évolués le bénissant.

Au même moment, plus loin, le sapin, qui retrouva sa vitalité perdue, devint de nouveau interconnecté avec son vieux copain lumineux et, par le fait même, attira un intrus. Le sapin rempli d'énergie devint si attirant par sa brillance qu'il allécha et attira un humain sans répugnance ayant perdu son chemin. L'étranger ensorcelé grimpa sur les rochers du ravin et dans un instant de folie, il coupa le sapin qui souffrit terriblement. Le nuage lumineux disparu aussitôt indiquant conséquemment aux trois rois mages la présence du lieu véritable de la naissance du vénérable enfant.

Avec gloire, pas à pas dans le noir, le malheureux emporta le passé et le futur du sapin sur le chemin rocailleux. Il plaça le sapin agonisant sur le terrain enneigé près de son joyeux foyer et appela tous les occupants afin de leur annoncer qu'il avait trouvé un sapin prodigieux. Ils l'admirèrent pendant un moment et l'abandonnèrent. Dans sa maison, le bûcheron raconta comment il avait trouvé le résineux qui poussait dans un lieu inusité. Plus tard, trop tard, le paysan et sa maisonnée tombèrent dans les bras de Morphée, excités et heureux d'avoir admiré un objet si élégant ce soir au grand air.

Tout à coup, un son enivrant de joie réveilla et attira l'attention de tous les habitants de la maison. Près du résineux, à l'extérieur, une scène non saine de bonheur se présenta à leurs yeux que jamais ils n'avaient osé imaginer. Le sapin nain, qui était recouvert d'un voile parsemé de poussière d'étoiles, scintillait et éclairait la vallée. Une étoile brillait au sommet du sapin, et sous le sapin, il y avait beaucoup de beaux gens et d'animaux s'aimant qui dansaient près d'un divin enfant qui souriait. En comptant les chérubins près du sapin, ils s'assoupirent et s'endormirent doucement.

La matinée arrivée, fatigués, mais ravis de la nuit passée, ils allèrent visiter le sapin et réalisèrent ce qu'ils avaient fait au sapin en voyant la fine résine, le sang du sapin. Toutes les petites aiguilles du conifère étaient par terre le laissant dans un triste état végétatif près de la toute petite famille à terre. Pleins de remords, ils décidèrent de rapporter le corps et l'essence du sapin dans sa terre de naissance. Ils ramassèrent attentivement ses fragments collants, les placèrent dans un contenant et les emportèrent vers le cratère géant. Ils prièrent tour à tour pour le grand sapin, allumèrent un feu de joie qui le consuma entièrement et ils rentrèrent main dans la main chez eux.

Durant la nuit qui suivit, une fumée anormale attira l'attention des résidents de la maison familiale occupés à compter les moutons dans leurs lits. Soudainement, ils virent un feu bleu colossal qui brûlait sur la sépulture contenant les tendres cendres du martyre végétal. En levant les yeux vers les cieux, ils remarquèrent la formation d'une agglomération de cendre. Cette cendre dense dans les airs s'aggloméra en un immense amas de poussière qui ressembla de plus en plus à un coeur. Ce coeur d'un instant, qui brillait et scintillait près de l'ancien sapin, devint brusquement une étoile. L'étoile grossit et grossit pour finalement exploser en millier de poussière qui se dirigèrent de tous les côtés. Les poussières étoilées avides d'espoir, qui étaient accompagnées d'histoires limpides racontées par la maisonnée, traversèrent les mers.

Année après année, avant que Noël sonne, de nombreuses personnes ratoureuses essaient de reconstituer cette belle épopée d'antan. En espérant attirer dans leurs chaumières le merveilleux amas de poussière illuminé qui apportera le salut aux élus miséricordieux, ils utilisent un sapin, soit naturel, soit artificiel, qu'ils baptisent sapin de Noël. Durant cette nuit-là, à l'extérieur, si tu veux attraper un peu de bonheur bien mérité, vérifie bien près d'un sapin bien vivant. Si tu as du coeur, tu verras l'amas lumineux, le coeur poussiéreux du sapin, qui brillera de tout son coeur pour toi. Ce coeur de sapin irréel, plein de bonheur et de milliers d'étoiles, deviendra, pour toi, l'étoile de Noël.

 

Appuie sur le bouton pour voir l'image

 

Fin...

 

Remerciement: Robert Oswald

Serge Fortin

13-11-2000

 

P.S.: Cette histoire est la propriété exclusive de Serge Fortin et son utilisation, malgré qu'elle soit sur internet, nécessite une autorisation de l'auteur qui est Serge Fortin. Les utilisateurs qui feraient une utilisation abusive de cette histoire pourraient être poursuivis en justice. Merci de votre compréhension.

 

Haut de la page